Le Musée Perdu

musee-perdu.jpgSurnommée « la huitième merveille du monde », la Chambre d’ambre a été offerte en 1716 par le roi de Prusse au tsar de Russie. D’abord installée au palais de Catherine, près de Saint-Pétersbourg, elle fut ensuite dérobée par l’armée nazie lors de l’invasion de Leningrad, transportée à Königsberg, avant de se volatiliser en 1945. Cette disparition constitue l’in des plus grands mystères du monde de l’art. Malgré toutes les recherches des collectionneurs, historiens et chasseurs de trésors, elle n’a, en effet, jamais été retrouvée.

 

C’est à cette énigme que va être confrontée Rachel Cutler, juge à Atlanta, lorsque son père, un rescapé de Mauthausen d’origine russe, meurt dans d’étranges circonstances, laissant derrière lui les clés d’un secret qui l’a hanté toute sa vie. Sur les traces des œuvres d’art volées par les nazis, Rachel va mener à travers l’Europe une quête à la fois historique, érudite et périlleuse qui va la conduire à affronter les nombreux mystères de la Chambre d’ambre.

Mon Avis

Ce n'est pas le premier livre que je lis de Steve Berry et je l'ai vraiment acheté car je connaissais l'auteur. J'avais littéralement adoré La Conspiration du Temple avec son personnage Cotton Malone ! 

Et je n'ai pas été déçue avec ce livre non plus. L'histoire est cohérente et palpitante : il se passe toujours quelque chose et on n'a pas le temps de s'ennuyer ! Il y a pas mal de suspens, même si quelques éléments de l'histoire sont un peu prévisibles... 

J'ai accroché à l'histoire rapidement et j'ai apprécié que les personnages ne soient pas ou des agents du FBI ou des spécialistes en énygmes en tout genre ou d'Histoire en général. Non ! Rachel Cutler simplement juge et n'a aucune connaissance en la matière... J'ai beaucoup aimé ce personnage qui est impitoyable dans sa vie professionnelle et sentimentale mais qui va se remettre en question tout au long de l'histoire. 

Au niveau de l'écriture, le style de Steve Berry est bon ! Le livre est bien écrit et il y a un détail qui m'a particulièrement plu : le style change en fonction du personnage qui est au centre du chapitre. Je m'explique. Pour exprimer la même chose, l'auteur n'utilisera pas les mêmes termes si on a le point de vue de Rachel Cutler (Juge, mère de famille) ou si on a le point de vue de Christian Knoll (satyriasique et tueur à ses heures). En effet, si le point de vue exprimé est celui de Knoll, les termes employés seront beaucoup plus crus que si c'était Rachel. 

Gros plus, à la fin du livre, Steve Berry distingue les faits historiques dont il s'est inspiré de la fiction.

Pour finir, j'ai passé un bon moment avec ce livre qui est très divertissant ! 

livre-genial.jpg

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 23/04/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site